Vos questions

Quel retour sur investissement l’entreprise peut-elle attendre de ces séances ?

L’AUTONOMIE de vos collaborateurs, après quelques séances, pour retrouver sérénité au poste, au quotidien. Il s’agit donc bien d’une démarche gagnant-gagnant pour vos salariés et pour l’entreprise.

Un chiffre est à retenir : en France, le coût social du stress (dépenses de soins, celles liées à l’absentéisme, aux cessations d’activité et aux décès prématurés) a été estimé entre 2 et 3 milliards d’euros (étude INRS).

Avoir des salariés moins stressés, plus confiants, plus concentrés, plus créatifs … c’est avoir des salariés plus performants. Offrir une prestation innovante, efficace, facile à pratiquer et accessible à tous, c’est aussi une façon de fidéliser ses collaborateurs.

Les effets sont-ils immédiats ?

OUI : Dès la 1ère séance, la détente apporte un bien être instantané. Mais il est indispensable pour en pérenniser les effets positifs que vos collaborateurs s’entraînent et suivent l’ensemble de l’accompagnement proposé.

Quelle garantie de sécurité apportez-vous à nos salariés ?

Nous sommes sophrologues certifiées RNCP, gage de notre compétence validée. Par ailleurs, tous les mouvements de détente musculaire sont des mouvements doux, sans contact du praticien. Enfin, tous les exercices peuvent être adaptés aux capacités physiques, mentales et sensorielles des participants.

Quelle relation envisagez-vous avec la médecine du travail ?

Une relation collaborative avec votre médecin du travail, ou psychologue du travail peut s’avérer très utile pour avoir un éclairage spécifique de la problématique rencontrée. Ils peuvent également participer à une séance de découverte s’ils le souhaitent. La sophrologie ne se substitue pas à la médecine mais agit en complémentarité. Nous ne portons aucun diagnostic ni prescription médicale.

Que répondez-vous à ceux qui estiment que l’on n’a pas encore assez de recul pour se faire une opinion sur ce type de discipline ?

La sophrologie est effectivement récente, dans la mesure où elle a été inventée par un neuropsychiatre en 1960. Nous indiquerons deux pistes de réflexion :

la première est que la sophrologie est entrée dans de très nombreux Centres Hospitaliers Universitaires en France, pour des besoins aussi divers que la cancérologie, l’addiction, la lutte contre la douleur, le stress préopératoire, les maternités …

La deuxième est l’exemple de notre voisine Suisse dont la sécurité sociale rembourse la sophrologie, convaincue que plus le stress est pris en charge tôt, mieux il sera géré, et moins la personne aura besoin de soins ultérieurs.

Que répondez-vous à ceux qui pensent que c’est une histoire de croyances ?

Nous répondons que ce n’est en aucun cas une histoire de croyance, mais une histoire de pratique et d’entraînement. Par ailleurs, le code de déontologie de notre profession et notre éthique sont clairs sur ce point : nous nous engageons à interdire toute propagande, prosélytisme religieux ou idéologique au sein de notre cabinet ou des lieux d’intervention.